Présentation du groupe

samedi 18 novembre 2006
popularité : 42%


  • Membres

    Notre groupe est constitué de deux professeurs de lycée de sciences physiques (Monique Mandleur, Monique Sosset) et de deux professeurs de lycée de mathématiques (Michèle Fauré, Pierre Lopez). Il travaille dans l’esprit des constats et principes suivants.
     

    Les constats.

     Premier constat :

     Actuellement, comme dans l’histoire, les mathématiques et les sciences physiques s’interrogent réciproquement. Les sciences physiques sollicitent les mathématiques pour résoudre des problèmes qu’elles rencontrent dans ses recherches, et inversement les mathématiques fournissent a priori aux sciences physiques des outils de modélisation.

     Deuxième constat :

     Par le fait même qu’elles doivent permettre de prévoir, les mathématiques sont constitutives des sciences physiques.

     Troisième constat :

     Les sciences physiques, et plus généralement toutes les sciences appliquées, utilisent des mathématiques de plus en plus sophistiquées, et ceci est encouragé (paradoxalement ?) par l’apparition de logiciels notamment ceux de calcul formel.

     Quatrième constat :

     Dans la vie des lycéens, les sciences physiques et les mathématiques sont liées.

     

     

    Les principes.

     Premier principe.

       Le sens que nous privilégions est le sens allant des sciences physiques vers les mathématiques. Il ne s’agit pas de rechercher des situations à contexte physique (concrètes ou pseudo-concrètes) pour « illustrer » certaines notions mathématiques, mais plutôt de voir dans la pratique du physicien comment sont utilisées les mathématiques.

     Deuxième principe :

      On veut éviter au professeur de sciences physiques de faire des mathématiques, et au professeur de mathématiques de faire des sciences physiques. On considère qu’il y a une spécificité aux deux enseignements, et que si ceux-ci interagissent, ils ne sauraient se confondre.

     Troisième principe  :

      Les situations que les lycéens rencontrent en cours de sciences physiques sont l’occasion pour le professeur de mathématiques de contextualiser des techniques plus ou moins explicites des programmes (le « ou moins » est fondamental pour notre recherche). Éventuellement il s’agit de prendre en charge pendant les cours de mathématiques l’acquisition des outils et des techniques dont le physicien pourrait avoir besoin.

     Quatrième principe :

     Une collaboration entre les professeurs de mathématiques et de sciences physiques est nécessaire. Elle doit aller vers des progressions concertées.

     

     Notre travail a débouché sur plusieurs propositions dont on peut prendre connaissance à travers différents articles publiés dans « Le fil d’Ariane » (publication de l’IREM de Toulouse et de l’APMEP).

     

     Pour finir, il nous semble important de souligner que, par la diversité des professeurs qui s’y rencontrent, par la liberté de pensée qui y règne, l’IREM est un lieu favorable à la collaboration entre professeurs. Un travail de recherche comme le nôtre prend beaucoup de temps. On peut donc regretter que le nombre d’heures accordées à l’IREM soit en constante diminution.

     

 


Agenda

<<

2017

>>

<<

Septembre

>>

Aujourd'hui

LuMaMeJeVeSaDi
28293031123
45678910
11121314151617
18192021222324
2526272829301
Aucun évènement à venir les 6 prochains mois

Brèves

25 avril 2014 - Conférence de Jean-Jacques Dahan du 11 avril 2014

Conjectures Relatives à des Facteurs Associés aux Patrons Dynamiques des Solides de Platon (“Nets (...)